La beauté de la langue arabe

Vous avez probablement entendu dire un jour que la langue arabe et une des plus belles langues du monde. La question légitime qui traverse votre esprit, pourquoi donc?

plusieurs raisons :

  • une des plus anciennes,
  • la plus riche,
  • structurellement logique,
  • subjectivement belle et artistique,
  • et enfin, très poétique.

 

Ancienneté

La langue arabe est une des plus ancienne de toutes les langues actuelles, elle date d’environ 8000 ans, pour comparaison la langue hébraïque 4000 ans, la langue française 400 ans et la langue anglaise 300 ans.

La langue arabe considérée comme une langue de premier niveau, alors que la langue hébraïque se trouve au troisième niveau car elle est une souche des langues de deuxième niveau qui sont :

  • l’araméen (la langue du prophète Ibrahim),
  • le cananéen (l’ancienne langue du peuple palestinien كنعان),
  • et la langue almaabih (اللغة المؤابية).

qui sont toutes trois des souches de la langue arabe la plus ancienne.

 

Richesse des racines

La langue arabe contient 16000 racines linguistiques, c’est bien plus que la langue hébraïque qui contient 2500 racines ou la langue latine qui contient 700 racine.

Par exemple, la racine sémitique تَعَلَّمَ taallama – apprendre -, en découle par dérivation :

  • تَعْــِليم taaliim – enseignement.
  • عــِلْمٌ ilm – le savoir.
  • مُــعَلِّم moualim – enseignant.
  • عـَـالٍم aalim – savant –
  • عُـــلُوم oulouum – sciences.
  • عَــلِمَ aalima – connaître.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est OF162G1-1024x1024.png.

En comparaison avec d’autres langues, on peut citer à titre d’exemple les deux mots طَوِيل ttawiil – long – et  جَيّد  jayyid – bon –

Arabe

Français

Anglais

طويل tawiil

LongTall

طول tool

LongueurLength

طائلة taaila

EnormeLength

مستطيل moustatiil

RectangleRectangle

 جيد jayid

biengood

جود joud

générositégoodness

جودة jawda

qualitéquality

جواد jawaad

chevalhorse

Comme vous pouvez le constater, la dérivation en langue arabe est bien plus importante que les autres langues.

 

Richesse du vocabulaire

Le vocabulaire n’est pas moindre, avec, selon Ibn Khaloueh (linguistique – Yémen 926-981), 60000 mots, avec une infinité de circonlocutions pour exprimer une même idée.

Par exemple, il y a 500 mots pour désigner un lion,

أسد، بَاسِل، جَسَّاس، حَيْدَر، دِرْغَام، سَبْع، صَارِم، صَيَّاد، لَيْث، غدنفر، عَرَنْدَس، عَيَّاث، حَمْزَة، رَهِيْب، هُمَام، الحَارِث، ضَرْغَم، هَمَّام، أُسَامَة، هَيْثَم، عَرَنْدَس، ضَرْغَام، الأيْهَمْ…

80 mots pour désigner du miel,

الشهد، رحيق، الذوب، الشّوب، الضريب، الظان، الحَميت، الذواب، اللئم، النّسيل، النسيلة، الطّرم، الطرام، الطريم، العفافة، العنفوان، المحران، التحموت، الضحل، البلة، اللّوَاص، السنوة، الآس، الشرو، المرضاب، الصبيب، المِزج، الشور، السَلوى، الثواب، اليمانية، السّليق، السلوانة، الرخيف، الجنى، السلاف، الصميم، الصهباء، الرحاق، الصموت، المج، المجلب , الكعير, السنون، النحل، الأصبهانية، الضيح، الكرسفى، الجلس، الورس، الشراب، لعاب النحل، رضاب النحل…

200 mots pour désigner un serpent,

الأيم، الأين، الحمطيط، الحنزقرة، الدرومس، المزعافة، الصداد، الطلع، الطوط، العثاء، العربد، الثعبان، الحربشة، الجارية، الأفعى، الحفث، الخشاش، العرماء، الأرقم، الرقشاء

1000 mots pour désigner un chameau,

الإبل، البعير، الجَمَل، الناقة، شَداد، الغب، العرجاء، السلوف، مقامح، ملحاح، الهامل، الخلوج، النحوس، الشرود…

Et pas loin de 4400 mots pour évoquer un malheur,

أَسَى، أَسَى، إِبْتِئَاس، إِسْتِياء، إِكْتِئاب، تَبَرُّم، تَرَح، تَعَاسَة، جَزَع، جَوًى، حَسْرَة، حُرْقَة، شَجًى، شَجَن، شَجْو، غَمّ، غُصَّة، غُمَّة، فَجْعٌ، فَجْعَة، كَآبَة، كَدَر، كَرَب، نَكَد، هَمّ…

Je vous laisse imaginer le volume d’un dictionnaire complet !

 

Immanence des lettres

La langue arabe est caractérisée par ce qu’on appelle le cinquième niveau, c’est-à-dire l’immanence de la lettre et son symbole. Dans la langue arabe chaque lettre a un sens et une valeur.

Un enfant, avant même qu’il arrive à comprendre ou à parler une langue, il désigne la sensation de brûlure, de chaleur ou de douleur avec une seule lettre [ha] (ح) répétée [hhhh] (حححح). En effet, en observant la plupart des noms en arabe qui commence avec la lettre [ha] (ح), inclut forcément le sens de la chaleur ou de ses dérivées (émotions, intimité… etc) comme :

  • Chaleur : حَـرَارَةٌ – Hharaaratoun.
  • Fièvre : حُــمَّى – Hhoummaa.
  • Incendie : حَـرِيقٌ – Hhariiq.
  • Intime : حَــمِيـم – Hhamiim.
  • Amour : حُــبُّHhoubboun
  • Tendresse : حَــنَـانHhanaanoun

Autre exemple, un adulte désigne la sensation de la honte avec une seule lettre répétée [khkhkh] (خخخ). Certains noms en arabe qui commence avec la lettre [kha] (خ) inclut le sens de la honte, la saleté, la crasse ou leurs dérivées comme :

  • Porc : خٍــنْزير –Khinziiroun.
  • Ferraille : خُــرْدَةُKhourdatoun.
  • Chiffon : خُـرْقَةKhourqatoun.
  • Honte :  خٍــزْيٌKhizyoun.
  • Trahison : خِــيَانةKhiyaanatoun.
  • Vin : خَـــمْرٌKhamroun.
  • Peur :خَــوْف – Khawfoun.
  • Dissolution : خَـلاَعَة  – Khalaatoun.
  • Déception : خـِـذْلاَنْKhithlaanoun.

Curieusement, dans le Coran, on trouve des lettres isolés أ م ح ص ل, mais jamais la lettre خ seule.

Les lettres qui se trouvent isolé dans le coran s’appellent lettres lumières الحروف النورانية, alors que le reste des lettres qui ne trouvent pas isolées dans le coran elles s’appellent les lettres sombres الحروف الظلمانية, et la lettre خ fait partie de cette seconde catégorie.

 

Logique structurelle

La langue arabe n’a jamais cessé d’inspirer le monde entier par sa logique et sa facilité dans tous les domaines, science, astronomie, mathématiques, médecine, agriculture, philosophie, droit, architecture…etc.

Ce furent aussi des siècles où les auteurs publièrent de nombreux ouvrages sur les mathématiques, l’algèbre, la physique, la médecine, l’histoire, la géographie, la philosophie, l’architecture arabe, des connaissances d’une civilisation très avancée, dont allaient plus tard s’inspirer les intellectuels européens.

Voyant ensemble un aspect très simple, al’mouthana.

La langue arabe place entre le singulier et le pluriel le concept d’almouthana, ainsi elle ajoute uniquement deux lettre au singulier pour qu’il soit double comme par exemple :

  • Porte: بــَـابْ  –  Baaboun
  • Deux portes:  بــَـابــَانِ – Baabaani.

Pour les pronoms, il suffit juste d’ajouter le pronom au mot pour qu’il soit un seul nom comme :

  • Son livre = كـِــتَابُهُ – Kitaabouhou.
  • Leur maison = مَـــنْزِلـُـهُــم – Manzilouhoum.

Pour désigner la possession, il suffit d’ajouter un mot à un autre, alors qu’en français il faut ajouter les pronoms indéfinis, comme :

  • Le père de l’élève = أَبُ التِّــلُميذ
  • Les livres des élèves = كُـتُب التلامــيذ

Autre exemple, pour désigner l’adjectif, il suffit d’ajouter le pronom à l’adjectif, alors qu’en français ou en anglais il faut ajouter un lien ou des auxiliaires (être/avoir), (to be/to have) entre les deux, comme :

  • Je suis heureux = I am happy = ٌأنا سـَـعيــد

Pour les verbes, en arabe comme en espagnole, on peut cacher le sujet sans dénaturer la phrase, car le verbe seul suffit pour donner un sens au sujet en question, comme :

  • J’écris =  أَكـْـتُبُ – Aktoubou.
  • Tu écris =تَــكْــتُب  – Taktoubou.

La voix passive en français, le verbe se fait avec l’auxiliaire être suivi du participe passé du verbe. L’auxiliaire est conjugué au même temps que le verbe de la voix active, donc ça change à chaque fois que le temps change, alors qu’en arabe, c’est plus simple, il n’y a pas d’auxiliaire, il faut juste changer les voyelles du verbe et ça fonctionne pour tous les verbes comme :

  • a écrit = كَــتَبَ – Kataba.
  • a été écrit = كُـتِبَ  – Koutiba.

à la place du signe fatha َ   sur la première lettre elle devient dhamma ُ   et à la place de fatha َ   sur la deuxième lettre elle devient kassra ِ  .

En ce qui concerne les verbes, il existe des verbes conjugués à l’impératif avec seulement une lettre, et ça donne une phrase complète qui a vraiment du sens, comme :

  • Promets = فِ ( من الفعل وَفَــى ). Fi.
  • Protège = قِ (من الفعل وَقـَـى). Qi.
  • Sensibilise = عِ (من الفعل وَعـَـى). Ai
  • Regarde = رَ (من الفعل رأى). Ra

Il existe en langue arabe des mots, qui remplace des phrases entières, comme :

  • It is too far = c’est trop loin = َهَيْهَات – Hayhaata
  • There is a great difference = Il y a une grande différence =شتّان  – Chattaana.

La négation en langue française utilise des phrases négative longues, par contre en arabe la phrase négative est très simple, il suffit d’ajouter l’outil de négation au verbe, comme :

  • Je ne l’ai pas rencontré = لـَـــمْ أًقابـِــلُهُLam ouqaabilouhou.

 

Artistique

La langue arabe est considérée comme une des plus belles langues écrites. En effet, sa calligraphie est vue comme un art à part entière au même titre que le dessin ou la peinture, et serait le plus noble des arts arabes.

Que l’on soit croyant ou non, musulman ou non, arabe ou non, on ne peut pas nier les talents artistiques de la religion musulmane…

Apprendre l’écriture arabe pour un locuteur non arabophone est un exercice artistique. On dessine des caractères, des lettres avec des formes très arrondies, des boucles, des traits nécessitant une attention toute particulière pour bien les reproduire.

Mais la calligraphie se compare plus de l’enluminure que de l’écriture : elle s’est développée par le passée pour orner les documents religieux.

Pour écrire la langue du Coran d’une belle manière en calculant l’emplacement et la taille des caractères arabes et en ajoutant des ornements lettres et aux mots arabes.

L’écriture de cette langue s’opère de droite à gauche et comporte vingt-sept lettres dont la hamza. Chaque lettre a une forme en arabesque spécifique, tout dépend de sa position dans le mot.

Il y a donc quatre façons différentes d’écrire chaque lettre :

  • Une forme isolée qui ne change jamais,
  • une forme initiale, la première lettre du mot,
  • une forme médiane au milieu du mot,
  • une forme finale pour ponctuer le mot.

En tout, l’élève aura donc 112 caractères de lettres arabes à mémoriser !

Apprendre à parler arabe serait donc, outre la vertu d’accroître sa formation linguistique, parler une des plus belles langues.

 

Poétique

Avant l’islam, les arabes étaient de grands amateurs de poésie. Les philologues et les grammairiens des langues sémitiques (araméen, arabe, hébreu) ont mis en lumière une production littéraire époustouflante de la civilisation islamique.

La poésie arabe des Berbères peuplant les pays du Maghreb, l’Égypte et la péninsule arabique avaient développé une culture de la littérature orale très poussée. On appelle Al.mouallaqaat المُعَلقات, les textes poétiques les plus anciens, à étudier dans le niveau avancé si ça vous intéresse.

Depuis le 6ème siècle, les arabophones usent de la poésie arabe pour valoriser leur culture. Vu leurs paysages, on les comprend !

Tous les ans, des foires étaient organisées où les poètes récitaient leurs poèmes et les meilleurs étaient affichés à la Kaaba, la maison sainte de La Mecque. Les poésies élues devenaient donc des œuvres sacrées, objets de culte religieux.

Comme pour les artistes occidentaux, l’écriture est un outil pour exprimer des sentiments, transmettre son besoin de créer, de valoriser sa culture, sa religion, sa philosophie et vivre son amour pour les mots.

Il est impossible de faire un inventaire complet de tous les genres et les poètes Arabes ayant écrit depuis le Moyen-Âge.

Notons cinq courants principaux de la poésie arabe avant l’islam, où style descriptif et lyrique s’entremêlent régulièrement :

El-fakhr الفَخْـر

Louange de sa tribu et de soi-même, la fierté de gagner des guerres. C’était L’un des objectifs les plus importants de ce type est la rivalité entre les tribus et la lutte pour la survie. Et cette couleur poétique se caractérise par des mots forts et artistiques.

El-medih المَدِيح

Louange des autres, les poètes à cette époque ont consacré leur temps à vanter les rois, les riches et les présidents, pour gagner de l’argent et un statut important dans la société. Le caractère le plus important de ce genre poétique est peut-être l’honnêteté et le recours à l’exagération.

El-Hidja الهجاء

La satire, est censé dénigrer les traits et les défauts physiques, ou dénigrer les traits moraux tels que tricher, voler, mentir ou insulter les caractéristiques sociales telles que la faiblesse d’une tribu et le manque d’authenticité de ses proportions. Cette couleur poétique se caractérise par le réalisme et non par l’exagération.

El-Ritha الرثاء

Lamentation, ce type signifie l’éloge des morts, de leurs vertus ainsi que leurs qualités, qui sont générosité, courage et virilité. Et cette couleur poétique se caractérise par un sens de tendresse, de passion et de force.

El-Razal الغزل

Ce genre occupe une place prépondérante dans la poésie préislamique, il a commencé par les poèmes de « Mouallaqaat », c’est un genre de poèmes romantique.

La poésie arabe permet de jongler avec les mots du vocabulaire arabe. L’amour, la sexualité, la nature, la médecine, le sacré, la famille, l’amitié, la nostalgie, la mort, mythologie, guerres et civilisations, etc., sont autant de sujets traités par de nombreux auteurs Arabes, et qui permettent d’apprendre langue et culture arabe.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 7-1024x353.png.

apprendre l'arabe - signicon

17 Comments

  1. Avatar Oum_maryamkhadija

    As salam ‘alayki oukhti
    Allahouma barik super article !
    C’est impressionnant de voir a quel point la langue arabe est logique tout a un sens. C’est une langue fascinante, ton article donne envie d’en savoir encore davantage sur la langue arabe.
    Qu’Allah nous facile l’apprentissage et la compréhension de cette magnifique langue.
    Jazaki Llahu kheiran

  2. Avatar lina

    Assalamou alaykoum, merci beaucoup pour cet article de qualité, franchement c’est une pépite, complet et très intéressant, merci pour la qualité et merci pour vos partages jazaaki Allh khayran.

  3. Avatar Mohamed cherif

    Baraka allahou fiki et merci beaucoup pour votre site et votre compte instagrame, tous ce que vous présentez est de qualité mashaa Allah . Et je suis sûre que ça aide beaucoup de gens. Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.